Publications Scientifiques

[ Livre ] Étude de référence du projet "Insects as feed in West Africa"

Date de soumission: 23-10-2018
Année de Publication: 2016
Entité/Laboratoire Laboratoire d'Etude sur la Pauvreté et la Performance de l'Agriculture (LEPPA)
Document type : Livre
Discipline(s) : Agro-économie
Titre Étude de référence du projet "Insects as feed in West Africa"
Auteurs KPADE COKOU PATRICE [1], Kpenavoun Chogou Sylvain [2], GBEMAVO DOSSOU CHARLEMAGNE [3], POMALEGNI S. CHARLES .B. [4], Vissoh Pierre [5], CHRYSOSOTOME Christophe [6], MENSAH GUY APOLLINAIRE [0],
Editeur: Bibliothèque Nationale (BN) du Bénin
Edition: Rapport technique de Recherche & Développement
ISBN: 978-99919-2-661-2
DOI:
Resume L’étude de référence a été initiée dans le but de fournir des éléments technico-économiques pertinents qui caractérisent les conditions actuelles de l’aviculture traditionnelle au Bénin. L’objectif de l’étudea été d’établir la situation ex-ante, avant la diffusion et l’adoption des technologies développées par le projet « Insects as Feed in West Africa » (IFWA) des aviculteurs, indispensable à l’évaluationdes effets et impacts dans le moyen et long terme. L’approche des doubles différences a été utilisée pour la collecte de données auprès de deux groupes d’aviculteurs (bénéficiaires et non bénéficiaires du projet) dans quatre villages, dont deux villages dans la commune d’Aplahoué (Hessouhoué, le village bénéficiaire et Sinlita, le village non bénéficiaire) et deux villages dans la commune de Boukoumbé (Koudogou, le village non bénéficiaire et Agbontè, le village bénéficiaire). Au total, 120 aviculteurs traditionnels (dont 60 aviculteurs bénéficiaires du projet IFWA et 60 aviculteurs ne bénéficiant pas du projet) tirés de manière aléatoire ont été enquêtés, à raison de 30 aviculteurs par village. Les données collectées ont été analysées, des moyennes, des écarts-types,des fréquences et des pourcentages ont été calculés. Des tests de comparaison de moyenne et de Chi 2 ont été utilisés pour comparer les caractéristiques quantitatives et qualitatives entre les groupesd’aviculteurs bénéficiaires et non bénéficiaires du projet IFWA. Le compte d’exploitation de l’élevage de la volaille traditionnelle a été établi afin d’estimer le coût de production et la valeur ajoutée réelle tirée de cette activité. Les résultats ont montré que les deux groupes d’aviculteurs se distinguaient principalement par l’expérience en aviculture (p=0,0614), la taille des ménages (p=0,0769), les activités principales (p=0,045) et secondaires (p=0,079) menées, l’accessibilité des villages de résidence des aviculteurs (p=0,000), l’utilisation d’énergie solaire ou électrique (p=0,002), etc. En termes de structure, les aviculteurs non bénéficiaires avaient des élevages de grande taille et employaient plus de ressources (travail, capital, terre et consommations intermédiaires) dans l’agriculture et l’élevage comparés aux aviculteurs bénéficiaires. La superficie totale (p=0,0062), la superficie cultivée (p=0,0109) et le nombre de champs (p=0,0733) distinguaient significativement les deux groupes. Les espèces animales élevées étaient les bovins, les caprins, les ovins et surtout les volaillescomme les poulets, les pintades, les canards, les pigeons et les cailles. Les revenus annuels issus de l’agriculture (p=0,4976), de l’élevage (p=0,3625) ou non agricoles (p=0,4884) ne distinguaient pas significativement les deux groupes d’aviculteurs. Le revenu agricole annuel des aviculteurs bénéficiaires a été estimé à 222.227 FCFA contre 223.587 FCFA pour les aviculteurs non bénéficiaires. Le revenu annuel avicole a été estimé à 18.202 FCFA pour les aviculteurs bénéficiaires contre 18.484 FCFA pour les aviculteurs non bénéficiaires. L’alimentation était le principal poste de dépense des aviculteurs.Toutefois, les aviculteurs ne dépensent réellement pas pour acquérir ces aliments. Les prix de vente moyens d’une tête de volaille étaient respectivement de 1.638 FCFA et 1.678 FCFA pour les aviculteurs bénéficiaires et non bénéficiaires. La valeur ajoutée qui se dégageait d’une tête de volaille est de 161,2 FCFA pour les aviculteurs bénéficiaires contre 151,4 FCFA pour les aviculteurs non bénéficiaires en prenant en compte le coût des aliments. Réellement, la valeur ajoutée d'une tête de volaille était de 1.568,9 FCFA pour le groupe des bénéficiaires contre 1.574,7 FCFA pour le groupe des non bénéficiaires. La différence n'était pas significative (p>0,05) au niveau de ces deux groupes. La Valeur ajoutée annuelle issue de l'élevage de la volaille des exploitations familiales a été estimée à 38.610 FCFA pour le groupe des bénéficiaires contre 45.100 FCFA pour le groupe des non bénéficiaires. La différence entre ces deux valeurs n'était pas statistiquement significative (p>0,05). Ces valeurs sont faibles et montrent effectivement que l'élevage de la volaille villageoise est considéré pratiquement comme une source secondaire de revenus. Ces valeurs demeurent davantage faibles en prenant en compte les coûts des aliments qui constituent le facteur de production le plus cher. Seulement près de 8,3% d’aviculteurs bénéficiaires utilisaient déjà les asticots comme source protéinique pour l’alimentation de la volaille traditionnelle alors qu’aucun aviculteur non bénéficiaire ne l’utilisait encore. Les termites étaient produites et utilisées par les aviculteurs des deux groupes. La réduction des coûts de production,l’amélioration de la qualité nutritionnelle de la viande de poulet etl’amélioration des performances zootechniques sont les raisons suivantes qui expliquent l’adoption des asticots et termites comme source de protéines pour l’alimentation de la volaille traditionnelle au Bénin. Les déchets végétaux, les déjections animales, les sous-produits de transformation agro-artisanale sont produits et sont valorisés comme engrais organiques et dans la production d’asticots. Pour inciter à une adoption à grande échelle des asticots comme source protéinique dans l’alimentation de la volaille traditionnelle au Bénin, une recherche-action sur l’utilisation des asticots et termites impliquant les aviculteurs et des consommateurs de poulets locaux sont une impérative. Mots clés: Bénin, volaille traditionnelle, asticots, termites, analyse économique
Fichier

Publications par entité

  • Centre de Formation et de Recherche en matière de Population (CEFORP) (15)
  • Centre Interfacultaire de Formation et de Recherche en Environnement pour le Développement Durable (CIFRED) (18)
  • Chaire Internationale en Physique Mathématique et Applications (CIPMA-Chaire UNESCO) (16)
  • Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature (ENAM) (44)
  • Ecole Nationle d'Economie Appliquée et de Management (72)
  • Ecole Normale Supérieure (23)
  • Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi (EPAC) (834)
  • Faculté de droit et de Science Politique (FADESP) (45)
  • Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLASH) (789)
  • Faculté des Sciences Agronomiques (1376)
  • Faculté des Sciences de la Santé (FSS) (1613)
  • Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) (136)
  • Faculté des Sciences et Techniques (FAST) (748)
  • Faculté des Sciences Humaines et Sociales (FASHS) (16)
  • Institut de Formation et de Recherche en Informatique (IFRI) (68)
  • Institut de Mathématiques et de Sciences Physiques (IMSP) (61)
  • Institut National de l'Eau (INE) (13)
  • INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORT(INJEPS) (191)
  • Institut National des Métiers d'Art d'Archéologie et de la Culture (INMAAC) (4)
  • Institut Régional de Santé Publique (IRSP) (51)

Publications par sexe

  • Femme( 908 )
  • Homme (