Publications Scientifiques

[ Article ] MARCHE DU TRAVAIL DES MIGRANTS ET FACTEURS DE RETENTION EN ZONES COTONNIERES DE LA COTE D’IVOIRE ET DU BENIN

Date de soumission: 07-01-2017
Année de Publication: 2016
Entité/Laboratoire Centre de Formation en matière de Population (CEFORP)
Document type : Article
Discipline(s) : Géographie Humaine & Démoraphie
Titre MARCHE DU TRAVAIL DES MIGRANTS ET FACTEURS DE RETENTION EN ZONES COTONNIERES DE LA COTE D’IVOIRE ET DU BENIN
Auteurs SOSSOU KOFFI BENOÎT [1], FOFANA Lacina [2], KOMBIENI Frédéric [3],
Journal: Cahiers du CBRST, Lettres, Sciences Humaines et Sociales
Catégorie Journal: Nationale
Impact factor: 0
Volume Journal: 0
DOI:
Resume Le marché du travail des migrants en Côte d’Ivoire et au Bénin est analysé dans une approche genre. La démarche compréhensive des récits migratoires et du système de rémunération agricole a permis de réaliser la typologie des migrants en zones cotonnières des deux pays africains de la zone franc. L’analyse des résultats a mis en lumière que les migrations agricoles constituent les principaux facteurs de mutation dans l’agriculture familiale. Cette mutation est caractérisée par uneévolution de la main d’œuvre familiale vers le salariat agricole permanent et occasionnel. Cette agriculture patronale est caractérisée par la forte prégnance de ces deux types de main-d’œuvre rémunérée à prédominance migratoire. Au Bénin et en Côte d’Ivoire, les migrants contractuels dans les exploitations cotonnières perçoivent entre 120.000 et 140.000 F CFA en fonction des tâches contenues dans les clauses qui lient les deux parties. Ces contrats souvent verbaux sont très précaires et exposent les ouvriers agricoles migrants à des risques d’abus divers de la part des employeurs. Toutefois, les femmes migrantes qui réinvestissent les capitaux issus des premières années de salariat deviennent plus tard des créancières en plaçant ces capitaux comme crédit de trésorerie au niveau des employeurs. Les taux usuraires de ces crédits leur permettent de s’enrichir et de changer de statut tant dans le milieu d’accueil que dans celui d’origine. Cette observation bouleverse la construction théorique qui postule la vulnérabilité structurelle des femmes en situation de migration agricole.
Mots clés Vulnérabilité, femmes migrantes, zones cotonnières, agriculture patronale, Côte d’Ivoire, Bénin.
Pages 349 - 371
Fichier

Publications par entité

  • Centre de Formation et de Recherche en matière de Population (CEFORP) (0)
  • Centre Interfacultaire de Formation et de Recherche en Environnement pour le Développement Durable (CIFRED) (0)
  • Chaire Internationale en Physique Mathématique et Applications (CIPMA-Chaire UNESCO) (0)
  • Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature (ENAM) (0)
  • Ecole Nationle d'Economie Appliquée et de Management (0)
  • Ecole Normale Supérieure (0)
  • Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi (EPAC) (0)
  • Faculté de droit et de Science Politique (FADESP) (0)
  • Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLASH) (0)
  • Faculté des Sciences Agronomiques (0)
  • Faculté des Sciences de la Santé (FSS) (0)
  • Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) (0)
  • Faculté des Sciences et Techniques (FAST) (0)
  • Faculté des Sciences Humaines et Sociales (FASHS) (0)
  • Institut de Formation et de Recherche en Informatique (IFRI) (0)
  • Institut de Mathématiques et de Sciences Physiques (IMSP) (0)
  • Institut National de l'Eau (INE) (0)
  • INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORT(INJEPS) (0)
  • Institut National des Métiers d'Art d'Archéologie et de la Culture (INMAAC) (0)
  • Institut National Médico Sanitaire ( INMeS) (0)
  • Institut Régional de Santé Publique (IRSP) (0)

Publications par sexe

  • Femme( 994 )
  • Homme (